Madame,

nous nous croisâmes, vous en souvenez-vous, dans les allées du jardin de Bagatelle et nos regards s'effleurèrent doucement. La lueur que je vis alors dans votre prunelle m'a laissé penser que vous m'autorisiez à prendre la liberté de vous écrire. Je ne peux repenser à ce doux instant où nous nous vîmes sans ressentir encore mon coeur s'affoler; vos yeux en amande, votre bouche purpurine,  vos pomettes blanches, votre menton hardi, tout en vous provoque en moi un irrépressible désir de vous entretenir de mon émoi. Prenez, je vous en pris, en pitié un coeur qui s'étiole dans l'ombre de votre absence, permettez à mes humbles yeux de se poser encore sur vous.

Votre très humble et affectionné ......

Pour les jeunes qui tomberaient accidentellement sur ce message, je propose une traduction de cette missive dans un langage plus proche de leur monde d'aujourd'hui.

Alexia, t'es trop bonne! J'te kiffe trop, j'te veux!