Khadafi mort, c'est une grande victoire pour la démocratie.

Je ne suis pas sûr d'avoir entendu la phrase telle quelle mais, elle aurait pu l'être et, en tout cas de nombreuses qui voulaient dire la même chose furent prononcées par les grands de notre monde à cette occasion. Une victoire pour la démocratie. Trois grandes questions me taraudent l'esprit :

1) Cette victoire, la façon dont ce dictateur a été chassé du pouvoir, puis chassé tout court, c'est faite d'une drôle de façon. Une poignée de personnes qui prennent les armes contre leurs dirigeants, suivi d'une répression très violente déclenche une intervention internationale, OTAN et France en tête, telle une déclaration de guerre, sans aucune consultation des peuples concernés. Qui nous a demandé notre avis à ce sujet ?

2) Victoire après 42 ans de règne sans partage. Grâce à qui ? On ne va tout de même pas me dire que Khadafi est resté aussi longtemps au pouvoir sans aucune aide extérieure. Quels sont les pays qui ont bien voulu lui vendre les armes qui lui ont permis de mater sa population, sans qu'on nous demande notre avis à ce sujet ?

3) Des pays qui prennent des décisions qui vont à l'encontre du bien public, à l'encontre de leur peuple respectif, comme la destruction des services publiques, la suppression de nombreuses aides social, l'accroissement des lois répressives, qui o dans la misère des millions de personnes parce que "les marchés" le demandent, une nébuleuse sans visage élue par personne qui dicte ses lois aux états, ces pays peuvent ils encore donner des leçons de démocratie ?

Cela fait trop longtemps qu'on veut nous faire croire qu'il suffit de mettre de temps en temps un bulletin dans une urne pour qu'on vive en démocratie. Il serait temps de revenir aux fondamentaux de 1789, avec une assemblée constituante aux députés révocables par ceux qui les ont élus et on pourrait, par la même occasion, couper quelques têtes.