12 décembre 2012

Du bon sens

Même plongé dans mes pensées, ce qui me permet parfois de passer à côté de personnes que je connais sans même les voir, j'ai les oreilles qui tintent au passage de mots ou d'expression incongrues. Il y  peu, marchant dans une rue large mais peu fréquentée près de mon lieu de labeur, j'ai doublé deux personnes se déplaçant à petits pas; passant à leur niveau j'ai entendu l'une dire à l'autre "Si j'avais su, j'aurais préféré ne pas savoir". La Palisse n'aurait pas dit mieux.
Posté par berlioz à 22:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 décembre 2012

Construire, construire toujous, dit-elle*

Je suis parti me réfugier dans la musique de Monteverdi. Il a su, au cours de sa longue carrière (pensez donc, premier madrigal publié en 1587, le dernier en 1651, 64 ans à faire chanter l'amour) exprimer ce que je ressens en ce moment, le coeur qui se serre, la boule dans la gorge en rentrant, cette même angoisse que je pouvais avoir quand j'allais à l'école sans avoir fait mes devoirs, les larmes qu'il me faut refouler parce que poignant à l'évocation d'un souvenir, d'un parfum, d'une musique, d'une image, d'un lieu, n'importe où et... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 décembre 2012

Perdu

Une fois encore, je ne sais pas comment j'ai fait, j'ai égaré ma boussole. J'ai la tête à l'envers, me cogne comme un aveugle aux murs; on a retiré le chemin de dessous mes pieds. Je suis perdu. Mon étoile polaire s'est fait la malle dans une autre galaxie, comment m'orienter aujourd'hui ? Pourtant, en tendant les bras, je sens les murs de ma prison. Y aurait il quelqu'un qui ait de la lumière ?
Posté par berlioz à 16:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]