03 janvier 2010

Sur le banc

Elles n'avaient pas l'air surprises de me voir, comme si elles s'attendaient à ma visite, à mon passage par leur jardin secret, alors que l'idée venait juste de m'en traverser l'esprit. Elles papotaient sous l'orme épargné, la terrible épidémie l'ayant quasiment fait disparaitre, une théière pansue, deux tasses assorties et une petite assiette couverte de biscuits posées sur la table en bois devant elles. Va te chercher une tasse et rejoins nous, me dit Veronika en plantant ses grands yeux verts au fond des miens. Je suis donc bien... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 décembre 2009

Le placard de Georges

C'est un long couloir qui y mène, un long couloir qui dessert les différentes pièces de l'appartement, la salle à manger et le salon à gauche, la cuisine et un grand débarras à droite, la salle de bain à gauche les toilettes à droite, puis une chambre de chaque côté. La porte du fond, pas plus ouvragée que les autres, ouvre sur la placard. Le réduite dont les trois murs utiles sont à peint plus large que la porte sont tapissée à gauche et à droite de grandes étagères qui vont du sol au plafond. Un ancien bureau métallique occupe le... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 16:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 novembre 2009

Dors, je le veux

Il faut tirer fermement par les cheveux et les extirper de la nuit les fragments de rêves qui persistent au petit matin, pour les brandir sous le soleil et les regarder en face, ne plus avoir peur. Tu ne rêves pas ? Mais si, tu rêves, tu rêves forcément. Regarde devant toi les branches des arbres, ne vois tu pas comme elles te font signe ? elles t'appellent à venir les rejoindre en agitant leurs feuilles encore vertes. Et les brins d'herbes folles qui agitent leurs cils dans le vent, sont ils réels ? Ce ne sont que les petits lutins... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 novembre 2009

Le grand cheval blanc

Je m'appelle Brahim, Brahim El Mansour, je suis né à Oran il y a environ vingt sept ans et grâce à ma mère, Nora, j'étais destiné à mon métier. Je suis photographe. En fait, ce n'est pas tout à fait exact, le photographe c'est le français, mon patron, mais c'est presque pareil parce que c'est moi qui fait presque tout; je rempli les flacons de produit, je nettoie les bacs métalliques, je repeins les décors. Mais je m'occupe aussi des transports; je dois prendre bien soin alors d'emballer les plaques de verre dans leur boîte en bois,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]