30 août 2009

La voie lactée

Je me souviens que dans mon enfance, j'allais chercher le lait en vrac dans la crèmerie qui se trouvait au rez de chaussée de notre immeuble. La crémière plongeait dans le bac en acier inoxydable une mesure au long manche puis en versait le contenu dans le pot en aluminium qui contenait trois litres. Étant six à la maison, trois litres étaient notre consommation quotidienne entre les petits déjeuners, les goûters et d'autres choses encore. Ma mère faisait bouillir le lait avec au fond de la grande casserole une sorte de petite... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 00:04 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

24 juin 2007

Des chiffres et des lettres

Je me souviens des numéro de téléphone parisiens à trois lettres et quatre chiffres. Les trois lettres correspondaient à l'abréviation du nom du central auquel vous étiez raccordé. Ainsi, le numéro de mes parents était VIC 50 19, VIC étant l'abréviation de Victor, central se trouvant sur le boulevard du même nom. Il est amusant de constater que les lettres sont restées sur les combinés alors qu'elles n'avaient plus aucun sens avant que le téléphone cellulaire fasse son apparition avec ses petits messages que l'on peut transmettre... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 15:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 mai 2007

En mai, fais ce qu'il te plait

Je me souviens de mai 68. J'étais un petit garçon et c'est le moment que mes parents ont choisi pour déménager. Nous sommes ainsi passés d'un quartier à l'époque populaire, grâce sans doute à la présence d'usines dont celle de construction automobile de la marque aux chevrons, pour un autre très bourgeois depuis bien longtemps, sans doute à cause de nombreux ministères et ambassades.J'ai terminé mon année scolaire dans le premier, prenant deux fois par jour, le bus numéro quatre vingts qui a été l'un des dernier à avoir cette plate... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 12:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 février 2007

Je suis allé au palace

Je me souviens être allé, adolescent, dans cette salle qui était à l'époque un cinéma, accompagné de mes parents, pour aller voir "tramp, tramp, tramp", un film noir et blanc muet de Harry Langdon. Les sièges étaient des bancs en bois très inconfortables et il était heureux que le film ne fut pas trop long. Depuis, la salle est devenue une boîte de nuit branchée, puis a périclité pour ne plus devenir qu'un souvenir, un vague éclat d'une splendeur ancienne.
Posté par berlioz à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]