Critiques de films, bouquins ou autres.
25 août 2009

A ours ours et demi

Ce n'est pas le premier PaasilinnaPaasilinna que je prenais en librairie mais il datait d'avant le premier que j'avais lu, Le fils du Dieu de l'orage. Et j'ai peut être eu tort. L'histoire n'est pas mauvaise et bien ficelée; Huuskonen, pasteur d'une cinquantaine d'années dans une petite bourgade finlandaise, doute. Il fait des sermons délirants, dévoilant sans complexes à ses paroissiens à la fois ses affres et ses péchés les plus inavouables. Il se voit offrir pour son anniversaire, par ses ouailles qui ne savent qu'en faire, un... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 juillet 2009

Sur l'écran noir de mes nuits blanches

J'avais l'impression de ne pas avoir mis les pieds au cinéma depuis une éternité. Pour me rattraper, non seulement j'y ai mis les deux pieds, mais j'y suis allé deux fois, une fois sel et une fois accompagné. Autant le dire tout de suite, ma première expérience avec Public ennemies ne fut pas une réussite. Bien sûr, il était à la hauteur de ce que j'attendais, un produit bien formaté, sans surprise, avec beaucoup d'agitation et de la musique tout le temps. Bien sûr, il est bien joué, un film avec Johnny Depp ne peut être... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 mai 2009

Une abeille en travers de la gorge

J'ai eu l'occasion, il y a peu, de voir sur le petit écran, le film "Bee movie". En dehors du fait qu'encore une fois nos cerveaux du cinéma ce sont bien gardés de traduire le titre, montrant ainsi une part d'imagination assez réduite, j'aurai tout de même quelques remarques à faire sur le contenu de cette œuvre. Bien sûr, on peut admirer sa technique parfaite mais, c'est maintenant le cas pour la plupart des productions de ce niveau, le dessin animé disposant de logiciels de plus en plus perfectionnés; bien sûr on peut... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 12:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 février 2009

Le paradis est toujours plus vert ailleurs

Elias est jeune, il est beau, il apprend le français dans une méthode des années cinquante, ce ne sont pourtant pas des critères suffisants pour pouvoir vivre dans son pays d'origine. Nous découvrons donc cet apprenti migrant dans un bateau qui l'emmène, avec beaucoup d'autres compatriotes, vers des rives plus riantes; enfin, c'est bien ce qu'il espère. Car le voyage va être difficile; s'il reçoit de l'aide ce n'est pas toujours pour des raisons avouables, mais l'aide c'est de l'aide, et les obstacles à sa survie seront nombreux. ... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 janvier 2009

Chibanis en noir et blanc

On lit dans les visages une fierté, une dignité que n'ont pas altéré les longues années de travail à la dure, les humiliations continuelles et les privations quotidiennes. Ce sont les chibanis, les cheveux blancs, les vieux travailleurs maghrébins que les français ont fait venir après guerre pour reconstruire le pays. Qu'en avons nous fait ? Quelle aura été leur vie à Marseille où ailleurs, c'est ce que cet ouvrage veut exposer au lendemain de nouvelles mesures discriminatoires à leur égard. Photos et textes accompagnent la... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 décembre 2008

Eloge de l'instabilité

Zénon d'Elée l'avait déjà dit il y a deux mille cinq cents ans, posant ainsi la première pierre de la route menant au cinématographe, le mouvement n'est qu'une suite d'immobilités. Des générations de philosophes et de physiciens plus tard, la marche humaine a été analysée comme une chute contrôlée, le corps partant en avant par l'action de la gravité, la jambe projetée en avant rétablissant l'équilibre qui se rompt un instant plus tard.A voir le spectacle La veillée des abysses, on comprend tout de suite que la troupe maîtrise... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

19 novembre 2008

Homard à l'américaine

Voila un livre qui part d'une bonne idée, la description de la souffrance des jeunes cadres dynamiques dans les entreprises qui se veulent à la pointe de la modernité dans la gestion des équipes. Construit en une suite de petites situations vécues de l'intérieur, le livre passe en revue les griefs qui sont monnaie courante dans des domaines comme les nouvelles technologies, la publicité ou la finance. La règle est la même partout, faire faire un maximum de choses à chaque personne tout en leur faisant croire que c'est bon pour leur... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
10 octobre 2008

Au pays de la glace

Malgré une présentation à l'américaine, malgré une accroche ronflante (thriller glaçant, glaçant parce que islandais, ha, ha), Jar City est un film remarquable pour plus d'une raison. En tout premier lieu, le scénario tiré du livre éponyme est très ben ficelé, sans faille et sans coup de théâtre à faire frémir, mais la mise en scène a aussi son importance parce qu'elle privilégie l'introspection humaine pour en comprendre la douleur indicible, le moteur de beaucoup de nos actes. Aucun personnage n'est entier, sans faille ni accroc, la... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 octobre 2008

Eau de boudin

J'aime la littérature médiévale, sans doute parce qu'assez rare et encore emprunte de naïveté et du tâtonnement propre à un genre qui se cherche encore. J'avais lu avec un grand plaisir les livres de la légende arthurienne de Chrétien de Troie, je ne pouvais laisser passer celui-ci, Le haut livre du Graal ou Le Perlesvaux, grand livre de chevalerie publié en édition bilingue, texte original en vieux françois à gauche, traduction en français moderne à droite. Hélas pour moi, j'ai été très déçu; pas tant par l'articulation du récit,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 23:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
17 septembre 2008

A la recherche de Letrouvé

C'était un échange de bon procédé, j'avais prêté un roman que j'adore, Dolce agonia, on m'a remis celui-ci que j'ai accepté, parce que l'occasion fait le larron.Cent vingt pages écrites plutôt gros, toutes les pages non remplies complètement, autant dire que la lecture n'a pas duré longtemps; et que j'en ai été très déçu. Pourtant l'histoire commence plutôt bien; Julien Letrouvé passe son enfance au moment de la révolution française dans les jupes des femmes de son village qui se retrouvent le soir pour des lectures. Il est bercé... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]