06 juillet 2006

Demandez le programme

Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas ouverte; cela faisait longtemps que je ne m'étais pas enquis des nouvelles du monde telles que vues par une chaîne nationale de télévision, c'est maintenant réparé. Et c'est en première exclusivité que je vous livre mon comptage des temps consacrés à chaque rubrique dans leur ordre d'apparition sur l'écran: Coupe du monde, 28 minutes. Incident lors des réjouissances qui ont suivies, 1 minute. Accident au parc Asterix, 2 minutes. Les enfants des sans papiers, inférieur à une... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:52 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

06 juillet 2006

Page d'écriture

Voici ma contribution, longtemps différée, au site d'écriture de Coumarine dont la consigne de la semaine était 'Vous écrivez un texte court qui commence par: "L'unique ascenseur de l'immeuble est momentanément hors d'usage"'. "L'unique ascenseur de l'immeuble est momentanément hors d'usage" pouvait on lire écrit sur une pancarte antédiluvienne accrochée à la porte d'entrée, vétuste elle aussi, raffistolée de bric et de broc, maintenue en place par la vertu du saintesprit. Il est même possible que l'oeil non... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 09:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juillet 2006

Le droit à la désobéissance

Je reste perplexe et partagé, mais je garde espoir. J'ai plaisir à voir le peuple qui m'environne désobéir quand l'ordre ou le commandement est stupide, dangereux ou contraire à une certaine éthique. Il me fait peur quand il enfreint les règles au mépris du confort, de la sécurité ou de la vie d'autrui. Dans le même temps, je me demande comment il est possible de manipuler autant de personnes avec un tel rapport à l'autorité ? Prenez Monsieur Parmentier en exemple, pour imposer la culture de la pomme de terre en France il en... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 00:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 juillet 2006

Suivre le fil

Si le dos de mon ouvrage est terminé depuis hier soir, il reste encore un bon bout de chemin avant de vous montrer mon chef d'oeuvre sur son modèle. L'avant côté gauche me donne quelques soucis pour l'obtention d'un résultat à la hauteur de mes exigences (qui sont grandes, je suis un perfectionniste). Du coup, le travail avance moins vite qu'avec quelque chose d'aussi simple que du jersey sans augmentation ni diminution. Affaire à suivre...
Posté par berlioz à 23:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 juillet 2006

La campagne à Paris

Qu'il est agréable de sortir des sentiers battus, qu'il est agréable de suivre ses envies le nez au vent, choisir une route plutôt qu'une autre, dans une ville qui m'a vu naître et que je connais, somme toute, assez mal. Samedi, donc, j'ai eu envie d'emmener Mélisande visiter la Mouzaïa, quartier situé derrière la place des Fêtes et constitué d'un ensemble de petites allées parallèles bordées de petites maisons, chacune avec son jardin. Certaines fleurent bon la maison ouvrière, une grande pièce au rez de chaussée... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 juillet 2006

De fil en aiguille

Ça y est les filles, c'est parti. J'en parlais depuis longtemps déja à mon ASP[1], mais là, j'ai pris le taureau par les cornes et je me suis lancé dans une réalisation estivale qui devrait lui faire plaisir. Ne dites rien à Mélisande, je veux lui en faire la surprise. J'ai commencé hier soir un petit boléro en coton mâtiné acrylique du plus joli ton. Évidemment, le modèle qu'ils ont mis dedans ne correspond pas vraiment à son minois, mais je pense qu'il devrait lui seoir à merveille. Bien sûr, tricotant un peu serré,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

28 juin 2006

Haut les mains! (9)

J'ai gardé pour la fin celui qui m'a redonné goût à cette litérature, mon chouchou dans le domaine, sans doute parce qu'il écrit aussi d'autres sortes de roman, comme L'étrangleur qui, malgré son titre, n'est pas un polar. Le personnage récurent de Manuel Vazquez Montalban, Pepe Carvalho, est comme lui un catalan de Barcelone. On peut au fil des romans suivre ses pérégrinations sur une carte de la ville, sauf quand ses pas s'en éloignent un peu trop (à Bangkok, par exemple). Et puis surtout, on retrouve de livre en livre une... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juin 2006

Haut les mains! (8)

Le polar est un genre universel. On le trouve aussi bien aux États Unis qu'en France, en Finlande ou en Espagne qu'au Mexique. Paco Ignacio Taibo II, né en Espagne a choisi d'habiter là, à Mexico, ville qu'il raconte dans les détails, les cours cachées et les grands immeubles, les manifestations et les crimes crapuleux, les grêves et les crimes politiques. Car son personnage le plus présent, Hector Belascoaran Shayne, à première vue assez classique, détective privé avec peu de clientèle, porté sur la boisson et amateur de... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2006

Haut les mains! (7)

Alors, polar ou pas polar ? That is the question. Les deux auteurs, Carlo Fruttero et Franco Lucentini sont des cas à part. D'abord, ils écrivent à deux; je me suis d'ailleurs demandé de nombreuses fois comment ils s'y prenaient, un chapitre chacun, l'un écrit l'autre relit et modifie, font ils un plan avant en se répartissant le travail, etc. Et puis, d'énigme policière il n'y en a pas toujours. Prenez L'affaire D., il s'agit de trouver la fin du dernier roman, inachevé,  de Charles Dickens, "Le mystère d'Edwin... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 juin 2006

Haut les mains! (6)

Changeons d'époque et de style. Plongeons dans le bain de sang, les ambiances glauques et les héros dont aucun n'est vraiment positif. James Ellroy est un écrivain bavard qui dans la plupart de ses romans se pose la question de ce qui fait qu'une personne bascule du bon ou du mauvais côté de la loi. Les gangster y sont froids, violents, drogués ou alcooliques (ou les deux) mais méticuleux; les flics aussi. Les passés sont lourds à porter, la famille n'aide pas, au contraire et la ville est un personnage pas plus positif que les... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]