02 août 2009

Comme sur Nantes

Je pouvais le voir dans la fenêtre de la cuisine, l'homme qui pleure; en train d'éplucher des oignons, découper de la viande ou débiter en petits morceaux des poivrons, je distinguais bien les yeux gonflés brusquement embués, les gouttes perler dans ses cils, deux rigoles se former le long des joues, l'humidité envahir son visage crispé. Ce n'est pas l'échalote à la substance volatile qui irrite ses yeux, ni une coupure accidentelle qui lui arracherait ces larmes, c'est sûrement un chagrin plus intense, plus profond. je regarde... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

31 juillet 2009

La mauvaise fin

Cette expérience, je préfèrerais ne pas la revivre et ne pas la faire vivre à qui que ce soit.Je rentrais d'un court séjour lyonnais et m'apprêtais à rentrer quelques cartons volumineux ramenés de là bas lorsque j'avisais deux hommes et une femme en uniforme de la police se diriger vers mon immeuble, accompagnés de deux hommes en tenue blanche, masques autour du cou et sortes de pulvérisateurs à la main. Je m'enquière de la raison de leur venue et la réponse à fait courir un petit frisson le le long de mon épine dorsale; une voisine... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 juillet 2009

Connue comme la louve blanche

On fait parfois de bonne rencontres dans le métro. Quand je l'ai vu hier, sur l'un des rares sièges de la station, j'ai cru qu'il était la exprès pour moi, qu'il m'attendait patiemment, comme un ami à qui on a donné rendez-vous et qui reste malgré notre retard.J'ai tout d'abord cru qu'il avait été abandonné sciemment, un de ces ouvrages que l'on fait passer de main en main en se remettant au hasard, relatant simplement sur un site spécialisé les dépôts volontaires et les rencontres fortuites; mais en le prenant dans mes mains j'ai été... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 23:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 juillet 2009

Le dimanche, je dis si ça me dit

On en a parlé, on n'en parle plus mais on en reparlera à la rentrée, le travail du dimanche fait noircir du papier à pas mal de journalistes, et il y a de quoi. Les français seraient d'accord pour la moitié d'entre eux, mais au vu des sondages qui sont effectués, je me demande comment a été formulé la ou les questions pour obtenir ce résultat. Je suppose que beaucoup seraient content de pouvoir faire leur cours aussi le dimanche sans penser plus loin que le bout de leur nez. D'abord, s'ils vont faire leurs cours le dimanche c'est... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 23:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 juillet 2009

Sur l'écran noir de mes nuits blanches

J'avais l'impression de ne pas avoir mis les pieds au cinéma depuis une éternité. Pour me rattraper, non seulement j'y ai mis les deux pieds, mais j'y suis allé deux fois, une fois sel et une fois accompagné. Autant le dire tout de suite, ma première expérience avec Public ennemies ne fut pas une réussite. Bien sûr, il était à la hauteur de ce que j'attendais, un produit bien formaté, sans surprise, avec beaucoup d'agitation et de la musique tout le temps. Bien sûr, il est bien joué, un film avec Johnny Depp ne peut être... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 juin 2009

A quand la peste ?

La grippe tue, ce n'est pas nouveau. Elle tue les plus jeunes, les plus vieux, les plus fragiles. Cette dernière vague dont les journaux se sont saisis avec délectation, enfin un sujet qui changeait de la crise, semble beaucoup plus virulente. Mais à y regarder de plus près il n'y a pas que les journaux, écrits ou parlers, qui se sont régalés. L'épidémie a commencé au Mexique et il a fallut attendre déjà les premières migrations, aux États-Unis entre autre, pour qu'on commence à évoquer les morts; une centaine de morts, soit, mais... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

14 juin 2009

Au carrefour

Je crois que, tout comme ce blog, j'arrive à un tournant, à un carrefour majeur et qu'il va me falloir prendre des décisions qui ne seront pas forcément agréables pour tout le monde. Ici, ça végète, je n'ai plus le gout pour grand chose, ne vient que de temps à autre en me demandant, et c'est nouveau, pour qui vraiment j'écris. J'entrevois différentes solution, la plus simple étant de continuer comme si de rien n'était, venant de temps en temps raconter une histoire que j'aurais maltraitée car l'envie de romancer est plus forte que... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 juin 2009

Visite du dimanche

Dimanche dernier, je suis allé le voir, lui. Vous ne le reconnaissez pas ? Mais si, vous l'avez déjà vu, là : Toujours pas ? C'est peut être le ciel bleu qui vous empêche de vous concentrer. Prenons un peu de recul. Ça y est, vous y êtes pas de doute, un des monuments les plus connus en France; plus de trois millions de visiteurs chaque année. Toujours pas ? Reculons encore un peu. Si vous n'avez pas reconnu le Mont Saint-Michel, c'est que vous vous êtes absenté de la planète Terre durant plus de 700 ans, que... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
25 mai 2009

Comme tout le monde (ou presque)

Cela fait déjà quelques temps que je l'ai repéré. Tous les soirs en sortant du boulot je le vois devant la porte de service de la petite grande surface avec son sac et ses cartons, son imperturbable bonnet bleu marine vissé sur le crâne; Il semble jouer avec la bouche d'aération qui se trouve au sol et fait parfois battre son pantalon comme une grand voile par vent fort. Il est propre, rasé de près, et ce tous les jours.Quand il s'absente sa place est marquée par les quelques affaires qu'il laisse et que personne de viendra toucher,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 23:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 mai 2009

Carton rouge !

Et voila une bonne chose de faite !Après avoir passé des jours à mettre des choses dans des cartons, nous sommes en train de les vider, ou de les mettre ailleurs, pour retrouver un peu de la superficie perdue.Et ce n'est pas tout; mais quand on quitte un appartement il faut encore le rendre dans un état acceptable, refaire un peu de peinture ici au là, boucher quelques trous disgracieux, effacer les traces que la graisse a laissées dans la cuisine, celles que le calcaire a incrustées sous la machine à laver, annihiler les effets de la... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]