Souvenirs, souvenirs...
25 avril 2011

L'art du déménagement

Les bruits courraient déjà depuis quelques jours, radio-moquette avait répandu ses effets du haut en bas de l'immeuble, la réunion n'était donc guère une surprise. L'annonce fut crue, l'entreprise était sur le point d'être vendue, vendue au concurrent étasunien dont on était en train de nous dire le plus grand bien, le concurrent sur lequel on avait tapé si dur peu avant. Tout allait bien se passer, c'était une maison sérieuse avec beaucoup d'expérience. Quelque jours plus tard le verdict tomba, l'entreprise était vendue, l'équipe... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 17:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

23 avril 2011

L'art du management

Il y a longtemps, j'ai travaillé dans une jeune pousse montante, autrement dit en bon français, une startup. L'expérience aurait pu ne pas être désagréable si je n'avais pas été embauché pour faire du nombre, chose que je ne comprendrai qu'un peu plus tard. Évidemment, l'ambiance était jeune, technique, conviviale mais, je m'ennuyais ferme et j'en ai profité pour apprendre à me servir d'un logiciel de description de partitions, ne me cachant d'aucune façon, les fac-similés étalés bien en vue sur mon bureau. Et puis, de temps en temps,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 16:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 mars 2011

Des pensées en cataracte

Quand j'étais enfant, ma mère nous faisait de temps en temps des épinards, et j'aimais ça. L'habitude était de les accompagner d'un œuf poché. Mes parents s'étaient procuré un accessoire pour leur cuisson fort astucieux. Il s'agissait d'une sorte de tôle ronde alvéolée dont chaque compartiment pouvait recevoir un œuf, qu'on posait dans une casserole sur un fond d'eau. Ainsi ils cuisaient au bain marie sans contact avec l'eau, tout en gardant une forme bien régulière. Un couvercle posé sur la casserole faisait qu'une mince pellicule de... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 janvier 2011

D'un souvenir l'autre

C'est après la lecture de la dernière note de Kharacho que je me suis moi même penché sur mon passé, en tentant de remonter le plus loin possible. Deux événements me reviennent en mémoire avec un grand cortège de questions. Quelle est la fiabilité de notre mémoire, la part du vrai souvenir et celle de ce qu'on a pu nous raconter, la part de la vérité et celle de notre propre mythologie qui au fil du temps tisse un nouveau récit, la part du vraiment enfoui et celle du vraiment exhumé ?C'est donc avec un soupçon de doute que je vais... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 juillet 2007

Hâlée la France (2)

Le métro est plein de surprise et mon aventure relatée il y a peu a connu une récidive avec variation sur le thème.Cette fois ci, je sortais de la rame et m'apprêtais à quitter la station République. Dans un couloir, je vois alors, alignés le long d'un mur recouvert du carrelage blanc caractéristique du métro parisien, les uns derrière les autres, une longue file d'hommes plus bruns les uns que les autres avec sur le visage au teint qu'on acquière qu'en naissant de l'autre côté de la Méditerranée aucune expression, ni impatience, ni... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 16:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 juillet 2007

Hâlée la France !

J'ai eu à plusieurs reprise l'occasion d'aller sur le continent africain, entre autre jeune adulte au Maroc. Ma carrière naissante d'enseignant me permettait alors de partir six semaines de suite, au prix d'un confort limité. Je revenais ainsi à Paris avec un hâle que mes cheveux longs et frisés mettaient en valeur. Ce qui peut avoir des inconvénients. Ainsi, quelques jours après mon retour subis-je un contrôle policier dans le métropolitain de la capitale. Sans doute que le fonctionnaire de la force publique avait détecté en... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

03 juillet 2007

My secret ? No sport !

Quand je suis entré au collège, j'étais d'autant plus petit par rapport aux autres que j'avais un an d'avance et beaucoup en avaient de retard. J'avais des rondeurs qui me venaient d'une gourmandise qui ne s'est jamais tarie et de parents fins cuisiniers qui me régalaient quotidiennement et qui me valurent quelques mauvaises expérience sociales. Personne n'est autant cruel que les enfants entre eux et j'ai été une tête de turc toute trouvée. Ma pire angoisse était les cours d'éducation physique, appelés alors cours de gymnastique.... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 juillet 2006

De l'ennui

Il y avait ce lieu fermé, calfeutré à l'odeur rance tenace et l'ennui qui me guettait comme chaque semaine que nous nous y rendions, ma mère et moi. C'était un appartement du quinzième arrondissement parisien dont certaines pièces étaient interdites, pleines de souvenirs qui risquaient sans doute de s'effacer par l'arrivée de l'air frais et joyeux de l'enfance réintroduite. Ma grand mère trônait dans son fauteuil de cuir aux accoudoirs élimés, en perpétuelle tenue de nuit, les sorties lui étant de toute façon refusées par son état... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 09:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 janvier 2006

Coup de foudre

Elle a traversé ma vie comme un météor et mon coeur comme une balle chemisée. Avec dégats.Et pourtant, chat échaudé craignant l'eau froide, j'y étais allé à pattes de velours, avec moult précautions, peut être même trop. Peut être qu'il m'aurait fallut être impétueux, bouillonnant, imprévisible; la prendre par la main et l'emmener au loin visiter les pays où on marche la tête en bas, ceux où on mange avec les doigts, bousculer nos vies plutôt que rester dans nos quelques mètres carrés de banlieue, lui offrir une vie différentes... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 10:03 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
03 septembre 2005

Transmarrant

Un petit tour chez Listelle m'a ramené en mémoire une petite aventure mettant en valeur les préjugés que l'on peut avoir, plus ou moins consciemment. Il y a fort longtemps, du temps ou je n'étais pas père mais allais le devenir, nous avions décidé, la future mère et moi, d'acheter une machine à coudre. Nous sommes donc allés près de chez nous dans un magasin spécialisé dans ce type de matériel. Nous sommes reçus par un charmant monsieur qui n'a même pas daigné me saluer. Après avoir exprimé nos désirs tant en terme de... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 14:59 - - Commentaires [9] - Permalien [#]