10 juillet 2010

Charcutage

- Bonjour monsieur Berlioz, votre chambre est bientôt prête, je viendrai vous chercher.L'accueil est chaleureux; je n'aime pas les ambiances hospitalières et pourtant je suis presque heureux d'être ici, sans aucune angoisse, détendu. Peu après, on me présente ce qui pourrait être mon lit de souffrance mais seulement pour une courte durée; le service de chirurgie ambulatoire voit défiler les patients, ils ne sont pas censés rester. La chambre est lumineuse malgré le temps couvert, sans doute à cause de la fenêtre qui est de grande... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 15:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 mai 2010

Quatrième jour du voyage

Je suis étonné par le talent d'adaptation de mon organisme; j'ai l'impression de passer complètement au travers du décalage horaire, je m'endors peu après mon coucher, le réveil n'est pas plus difficile qu'à Paris. S'il n'y avait pas cette fichue climatisation branchée partout, ce pourrait être paradisiaque. D'autant plus que nous avons quitté une France qui grelotait sous un ciel gris, que nous voila à plus de trente sous un soleil radieux. Je passe donc mon temps à mettre un pull quand j'entre quelque part et le retirer dès que je... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 mai 2010

Troisième jour du voyage

Le mal de crâne est toujours là au réveil, léger mais tenace. Il faut avancer dans la tâche qui nous incombe, la seule et unique pour laquelle nous sommes là, malgré le manque d'ardeur de nos partenaires. Heureusement, grands sourires et occupation de bureau permettrons de nous donner quelques espoirs quant à sa bonne fin. Pour déjeuner notre ami américain et motorisé nous propose, par prévenance pour mon collègue français qui a une liste d'achats à faire sous peine de ne pouvoir franchir le seuil de sa demeure à son retour,... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 mai 2010

Deuxième jour du voyage

Pas besoin d'attendre la sonnerie du réveil pour se lever, l'horloge interne est complètement perturbée. J'ai mal à la tête. J'ai oublié ma pharmacie à Paris, la journée va être rude : il va me falloir travailler sur un petit écran, dans une pièce sans fenêtre avec une climatisation omniprésente. De plus, les collègues que nous rencontrons ne semblent pas très motivés; il faut les comprendre, ils font partie de la société achetée, nous faisons partie de l'acheteuse, il reste une méfiance quant à ce que nous allons leur faire subir.... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mai 2010

Premier jour du voyage

Je n'avais pas envie d'y aller. Le lieu, la perspective de rester coincé toutes les soirées dans un hôtel, même de luxe, me semblait un fardeau trop important pour le porter, aussi bien à quatre épaules qu'à deux. Mais il fallait le faire; quand votre entreprise vous envoie aux États Unis pour quelques jours, histoire de régler quelques problèmes d'uniformisation des techniques utilisées, vous n'avez guère le choix et donc, quand j'ai trouvé mon billet d'avion non pas posé sur mon bureau mais envoyé par courrier électronique il m'a... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 avril 2010

Langue de bois ou de plomb ?

J'adore la prose de la SNCF sur leur site pour indiquer la prévision de la circulation des trains. je cite : Paris / Marseille / Toulon / Nice : service normal mais notez que les TGV 6108, 6122, 6128, 6123, 6129, 6132, 6136, 6138, 6178 sont supprimés. Notez que le TGV 6109 sera terminus Toulon, le 6174 partira de Nice, le 6175 sera terminus Nice, le 6120 partira de Marseille. Si je traduis bien, le trafic sera normal sauf qu'il ne le sera pas. CQFD.
Posté par berlioz à 23:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 avril 2010

Flat academy (deuxième saison)

Évidemment, le nombre de cartons non encore déballés, souvent par faute de rangement où en mettre le contenu, commençant à diminuer fortement nous penser à changer d'habitation. Et pourquoi pas acheter cette fois ci ? Nous voila donc repartis à consulter les petites annonces immobilières que nous avons un grand bonheur à déchiffrer et interpréter afin d'en comprendre le sens profond afin de ne pas visiter pour rien.Il y a bien sûr les grands classiques gendre "beau trois pièces" qu'il faut vite relier à la superficie qui... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mars 2010

Est il libre Max ?

La petite oreillette noire ne couvre pas complètement le pavillon de son oreille, on distingue encore le lobe qu'il a court. Un mince tube métallique s'élance vers l'avant s'arrêtant à quelques centimètres de ses lèvres. Face à son écran il prend note des questions et tente d'y répondre, entend les problèmes et essaie de les résoudre. Évidemment, il a peu de contact avec ses voisins et collègues, quand on travaille dans un centre d'appels il y a peu de temps pour converser avec les autres.Pourquoi donc se seraient ils étonnés de le... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 16:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 mars 2010

Un petit portrait (2)

Un ange m'est apparu, tout de blanc vêtu.C'était par un petit matin blême, j'avais encore la tête dans mes rêveries de la nuit et une trace d'oreiller sur la joue, les plumes de ma parka usée voletaient autour de mes épaules. Et je l'ai vue qui venait à mon encontre, le cheveux court de ce blanc rarement atteint quand ils ont perdu toute coloration; une petite brise fraîche leur donnaient l'apparence d'une auréole. Le pantalon, le manteau, l'écharpe, le sac à main ayant tout du cabas, les chaussures étaient blanc, d'un blanc immaculé... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 mars 2010

Un petit portrait (1)

C'est comme de coutume. Le trajet ne change pas, la succession des stations est toujours la même et c'est sans les regarder que je les vois défiler devant mes yeux fatigués du matin, même s'ils servent encore à parcourir les informations de mon quotidien déposé dans ma boîte aux lettres et à observer mes contemporains et leurs petites manies. Ainsi cette jeune femme que je retrouve souvent dans la même voiture que moi, en tête de train. Grande, svelte, elle porte les cheveux mi-longs qui viennent battre son col de manteau, brun sur... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]