Mes essais d'écriture.
14 juillet 2010

La parole est d'argent

Ma contribution à la note de Joye. Pourquoi parlait elle tout le temps ? Impossible d'interrompre le flot de paroles, pas moyen d'endiguer la rivière de mots sortant de cette bouche  à peine entrouverte. Se boucher les oreilles ? Ce n'est pas poli; pas dans mon éducation. J'ai bien tenté à plusieurs reprises de faire un signe, lever la main, ouvrir la bouche, émettre un faible son mais, rien à faire,une fois partie sur sa lancée, plus d'arrêt jusqu'à la fin des temps. D'habitude je suis plutôt patient; je laisse discourir... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 septembre 2009

Contre coup

Les yeux déjà ouverts mais encore remplis de sommeil, Philippe attendait la sonnerie du réveil qui n'allait pas tarder. Il essayait de reconstituer le rêve de la nuit passée trop vite en mettant bout à bout les bribes qui lui revenaient en mémoire avec difficulté; il avait toujours eu du mal à se souvenir de ses rêves, surtout quand il ne s'agissait pas de cauchemars. Après avoir rageusement éteint la radio sensée lui apporter la fin du sommeil et les nouvelles fraîches du jour, le passage dans la salle de bain devant le miroir lui... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 22:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 décembre 2008

Le plus bête

La voiture était garée sur le trottoir, en plein milieu, comme un bouton disgracieux sur la joue d'une jeune fille, ou d'un jeune homme, ou de n'importe qui, après tout. Et c'était plutôt louche. Que pouvait faire une voiture dans ce quartier, garée sur le trottoir ? En plus, malgré le froid et l'humidité ambiante elle était la seule à ne pas avoir la moindre trace de givre sur elle, pas le moins cristal brillant, ni sur le verre du pare brise, ni sur aucune partie métallique. Ce n'était pas louche, ça ? Et sa plaque... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 18:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 octobre 2008

Rameurs, ramons !

Au début, c'était un vrai travail d'artisan; bien sûr, nous étions dans la soute, mais nous pouvions toujours regarder passer les poissons volants et les mouettes, sentir les vagues et les embruns par les hublots. Notre tâche était simple, sélectionner les meilleurs blocs de charbon et les jeter dans la chaudière pour que la machine fonctionne parfaitement, sans gâchis ni soubressaut, les grands vilebrequins bien huilés tournant avec un grand chuintement graisseux. Nous étions bien nourris avec des mets de qualité et, même si nous ne... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 17:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 janvier 2008

J'avoue

Je vais me confesser à vous. Pourtant, aucun remords qui me pèserait, aucune voix qui me dirait "Toi, là, mets toi à genoux et avoue ta forfanterie, dévoile ton mensonge effronté, révèle au monde ton mensonge grossier", aucun sentiment de honte. Alors pourquoi, me direz vous, pourquoi donc exposer sur la place publique ce que j'ai su taire et cacher ? Sans doute le plaisir de vous avoir roulé dans la farine, de vous avoir fait prendre des vessies pour des lanternes, mon compte pour un reportage et ceci n'est complètement... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:52 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 octobre 2007

Elle court toujours

Quand la bête est revenue dans nos rues, nous l'avions oubliée depuis le temps que nous l'avions chassée à coup de fourches et de lances et laissée pour morte au fond de sa tanière; nous n'y étions pas allés voir, négligeant sa possible survie. Il n'y avait plus que quelques vieillards cacochymes vivants de l'époque et personne ne les écoutaient plus depuis longtemps. Quand l'odeur de souffre a commencé à se répandre dans nos rues, les villageois ont mis des fleurs aux fenêtres, se sont parfumés avec de plus en plus d'ostentation.... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 20:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 septembre 2007

Tout ça pour ça

Les yeux, qui encore restent ouvert sur la nuit si peu noire de nos villes, fixent les chiffres du réveil. Foutu sommeil qui ne vient pas, foutue nuit qui finira alors que la fatigue sera encore accrochée aux neurones. Tourner et se retourner ne change rien à l'affaire, les images défilent mais le sommeil ne vient pas. Je repousse la couette d'un pied rageur et remonte l'escalier. Je vais chercher la bouteille de whisky, celle qui est entamée, m'en verse un bon verre et le redescend avant d'en descendre le contenu, bien au chaud... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 12:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
25 janvier 2007

Ne vous fiez pas aux apparences

Il était une fois deux frères qui, depuis leur plus petite enfance, partageait tout et faisaient tout ensemble. Ils avaient appris à lire dans les mêmes livres, sur les mêmes bancs, il avaient appris l'art de se battre et combattaient fraternellement dans les mêmes granges, ils avaient appris à monter à cheval et aimaient à battre la campagne de concert, le long des chemins et des sentiers. A qui ne les connaissaient pas encore, Hans et Johann semblaient des frères jumeaux. Un jour en entrant dans le bourg alors qu'ils venaient de... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 21:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 juillet 2006

Le manque du vieil homme

Voici ma nouvelle contribution aux Paroles Plurielles: Après quelques minutes de marche, il perçut que son souffle s'amenuisait et ressentit le besoin de s'asseoir. Il choisit un banc à l'ombre diffusée par les larges branches d'un tilleul et offrant une large vue sur la ville en contrebas.De là il pouvait voir la route qui menait à sa retraite provisoire serpenter entre les gros rochers et put y remarquer un véhicule rouge, poursuivi de quelques autres mais qui gardait la tête.Il se baissa, avec difficulté et pris une poignée de... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 10:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 juillet 2006

Page d'écriture

Voici ma contribution, longtemps différée, au site d'écriture de Coumarine dont la consigne de la semaine était 'Vous écrivez un texte court qui commence par: "L'unique ascenseur de l'immeuble est momentanément hors d'usage"'. "L'unique ascenseur de l'immeuble est momentanément hors d'usage" pouvait on lire écrit sur une pancarte antédiluvienne accrochée à la porte d'entrée, vétuste elle aussi, raffistolée de bric et de broc, maintenue en place par la vertu du saintesprit. Il est même possible que l'oeil non... [Lire la suite]
Posté par berlioz à 09:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]